CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT [terminé]

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Avatar du membre
HANS MULLER
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 17
Enregistré le : ven. 16 avr. 2021 00:00
Localisation : Toulouse

CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT [terminé]

#1 Message non lu par HANS MULLER »

Bonjour à tous !


Voici le deuxième compte rendu du challenge du 80ème anniversaire, encore avec l’invasion de la Pologne. Cette fois ce sera avec le jeu POLAND DEFIANT de Stefan Ekstrom, publié par REVOLUTION GAMES en 2019. C’est une nouvelle version du jeu PLAN WEST, publié en 2011 par THREE CROWNS GAMES.

POLAND DEFIANT est vendu en édition ziplock. Il comporte une jolie carte 22x33’’ avec petits hexagones, et une planche de 280 petits pions de bonne qualité. A noter cependant que la taille de la police de caractères utilisée pour ces pions est trop petite. Cela complique la lecture des désignations d’unité, et donne une mise en place un poil fastidieuse.

Ce jeu couvre les dix premiers jours de cette campagne de plus d’un mois, du 1er au 10 septembre, en dix tours d’un jour. C’est à peu près le temps qu’il a fallu aux Allemands pour détruire le gros de l’Armée Polonaise et conquérir la zone que le pacte Germano-Soviétique leur réservait. La suite présente moins d’intérêt pour un jeu, car s’agit de réduire des poches plus ou moins importantes, dont Varsovie qui se rend le 27 septembre.

Les unités représentent surtout des divisions, plus des brigades et régiments.

Un hexagone fait 16 km. La carte représente la partie ouest de la Pologne, jusqu’à une ligne Brest-Lwow à l’est.

Sur la carte, les noms de citées, villes, villages, fleuves et rivières Polonais sont écris avec l’orthographe Polonaise ( des gros points au scrabble ). Je vais les conserver tel quel dans ce compte rendu, sauf pour Varsovie et la Vistule. Pour ne pas mélanger les camps, pour les Polonais j’écris « army » et pour les Allemands « armee ».

Les règles tiennent dans un livret de douze pages. Elles sont simples et classiques, avec activation en piochant des pions qui correspondent à une armée. Une ou deux pages de plus auraient permis de préciser un certain nombre de cas qui restent à l’appréciation des joueurs, qui devront faire jouer leur expérience. L’errata officiel ne précise que peu de ces cas. Aussi, je ne recommande pas ce jeu pour des débutants.

Je ne vais pas vous ennuyer avec le détail des règles, sauf pour ce qui compte vraiment : ravitaillement, activation, commandement et conditions de victoire.

Le ravitaillement est vérifié à la fin d’un tour. Une ligne de ravitaillement peut passer par tout terrain franchissable pour les quatre premiers hexagones et doit suivre ensuite des routes/rails menant à une source de ravitaillement. Au premier test raté une unité est non ravitaillée ( out of supply OOS – ½ attaque ), puis au second elle est isolée ( isolated – ½ attaque ½ défense ½ mouvement ). Le Polonais dispose d’une seule source : Varsovie. L’Allemand dispose de sources en bord de carte correspondant au Reich ou à la Slovaquie, plus Königsberg. Cependant, à partir du troisième tour, cette ville doit être reliée à une autre source.

Le Polonais a donc tout intérêt à défendre sa capitale, en évitant son encerclement. De son côté, l’Allemand dispose de deux tours pour nettoyer le corridor de Danzig, afin d’établir la communication entre le Reich et la Prusse Orientale.

Au départ, l’Allemand dispose de 6 armées ( 5 allemandes et 1 Slovaque ), alors que le Polonais dispose de 7 armées et de 2 groupes opérationnels ( OG ), voir l’image de la mise ne place plus bas. Quelques armées et groupes opérationnels arriveront en renfort, tandis qu’il y aura aussi des regroupements. Chaque armée a un pion d’activation correspondant qui est placé dans un bol commun aux deux camps. Ils sont piochés au cours du tour pour activer successivement les armées. Dans le cas des groupes opérationnels Polonais, il n’y a qu’un seul pion. Un jet de dé indique alors le nombre de groupes opérationnels qui peuvent être activés ( de 0 à 3 ). Seront ajoutés à ces pions deux marqueurs, un pour les évènements aléatoires, et un pour les remplacements Polonais.

Lorsqu’un pion d’activation est pioché, l’unité QG sur la carte permet aux unités dans son rayon de commandement ( de 3 à 6 hexagones ) de bouger et combattre. Ce rayon n’est pas affecté par les zdc et unités ennemies, mais l’est par les terrains infranchissables ( mer, lac, fleuve sans pont et montagne sans route ). Je n’arrive pas à comprendre ce que simule cette règle par rapport aux moyens de communication de l’époque ( radio, aérien ). Un QG ne peut activer que les unités de son armée, plus deux indépendantes. Les QG indépendants qui arrivent plus tard peuvent activer cinq unités, n’importe quelles.

Le nombre maximum d’activations possibles pour un camp dépend du tour de jeu, voir image ci-dessous, les deux chiffres en haut et à gauche de la case. Les marqueurs d’évènement et de remplacement ne comptent pas. L’Allemand peut activer toutes ses armées sur les deux premiers tours ( 6 activations pour 6 armées ), puis cinq ensuite. Sachant que 2 arriveront en renfort, il n’aura pas l’assurance d’activer une armée en particulier à chaque tour. Il en est de même pour le Polonais, avec de gros soucis aux tours deux, trois et cinq ( 3, 4 et 4 activations ).

De plus, l’Allemand recevra deux pions, groupe d’armée nord ( AGN ) et groupe d’armée sud ( AGS ), qui permettent d’activer ou de ré activer une armée. Avec un peu de chance il pourra ainsi activer deux fois une même armée dans le même tour.

Cependant l’Allemand doit respecter son tempo opérationnel ( operational pace ), voir l’image ci-dessous le chiffre en bas au centre de la case. C’est le nombre d’objectifs ( victory point hex VPH ) qu’il doit avoir capturé, sous peine de perdre une activation. Bien sûr, cela est à éviter.

Image

Il va de soi qu’il faut éviter de se faire détruire les unités QG, auquel cas le pion d’activation est retiré et les unités de l’armée deviennent indépendantes.

Maintenant, passons au plus important, les conditions de victoire. L’Allemand peut gagner par mort subite s’il capture un des trois hexagones de Varsovie, et le tient à la fin d’un tour avec une unité ravitaillée. Sinon, à la fin des dix tours de jeu, il doit avoir capturé au moins 10 objectifs ( victory point hex VPH ). Ces 10 objectifs correspondent au résultat historique. Il y a une gradation de la victoire ou de la défaite suivant le nombre d’objectifs.

Voici une image de la carte, avec la mise en évidence des frontières et des objectifs ( VPH ) :

Image

Pour gagner, l’Allemand devra donc prendre tous les objectifs à l’ouest de Varsovie et de la Vistule, ainsi qu’un ou plusieurs plus à l’est. Si certains ne sont pas tombés à l’ouest, c’est autant de plus à prendre à l’est.

Voici une image de la mise en place, avec la mise en évidence des armées des deux camps :

Image

Et une de la planche de pions :

Image

Maintenant, je vous livre mes considérations stratégiques personnelles, armée par armée. Sans doute que d’autres que moi imaginerons et tenterons d’autres solutions.

Il faut déjà dire que nous sommes en 1939. L’armée Allemande n’est pas si nombreuse et forte que ça. Les divisions de panzer sont fortes, mais pas invulnérables, et les divisions légères encore moins. Le soutien par la Luftwaffe n’est pas encore au point. Les points forts des Allemands sont un meilleur commandement, la mobilité et la capacité d’infiltration de ses unités mécanisées et motorisées, et enfin la capacité d’interdiction de son aviation. De leur côté, les Polonais ne sont pas des agneaux sans défense. Même s’ils sont handicapés par leur commandement et leur déploiement, il faut se méfier de leurs contre-attaques.

Du nord au sud, pour l’Allemand :

3 ARMEE. C’est la plus menaçante pour les Polonais, et celle qui dispose du plus d’options. Mais elle manque de troupes et ne dispose que d’une unité mécanisée ( brigade Kempf ). Elle doit commencer par éliminer les trois fortifications à la frontière, car sinon elles constitueront longtemps une gêne. Ensuite il y a trois axes de progression, dont un seul doit être choisi dans un premier temps. Le premier est à l’est, pour franchir la Narew, menacer Lomza et Siedlce, et envelopper Varsovie par l’est. Le second est droit au sud, directement sur Varsovie. Le troisième est à l’ouest, vers Plock sur la Vistule, pour couper le ravitaillement et la retraite des army Pomorskie et Poznan.

Image

4 ARMEE. Sa mission initiale et cruciale est d’ouvrir la communication vers Königsberg en nettoyant le corridor de Danzig. Elle doit aussi s’emparer de citée de DANZIG en évitant que les troupes Polonaises voisines ( OG Unrug ) ne la renforce. Enfin, elle doit engager l’army Pomorskie pour empêcher sa retraite vers Varsovie le long de la Vistule, et menacer Bydgoszcz. Lorsque c’est fait au bout de plusieurs jours, elle peut transférer la 10ième Panzer à la 3 armee, puis le XIX ième korps de Guderian ( 3ième Panzer, 2ième et 20ième ID mot ).

Image

Ces deux ARMEE constituent le groupe d’armée nord ( AGN ), qui recevra un pion d’activation supplémentaire. Il recevra aussi un troisième QG, Falken, qui a deux missions possibles. Il permettra soit de commander les unités restées en arrière pour s’emparer de Bydgoszcz et de Poznan, si les Polonais y ont laissé des garnisons, soit de commander des unités mobiles dans un mouvement large à l’est de Varsovie. Je précise que capturer une citée ou une ville fortement tenue, même par des unités isolées, n’est pas très facile.

8 ARMEE. La plus petite armée Allemande. Son rôle est de couvrir le flanc gauche de la 10 armee, et de fixer ou ralentir le retrait de l’army Poznan vers Lodz. Mais elle doit avancer avec prudence, pour le cas où le Polonais déciderait d’abandonner la retraite pour l’attaquer.

10 ARMEE. C’est la plus forte de l’Allemand. Elle dispose de deux divisions de panzers, trois légères et deux motorisées, ainsi qu’une infanterie nombreuse et de qualité. Sa mission est simple : foncer sur Varsovie. Après s’être emparé de Czestochowa, elle devra enfoncer l’army Lodz, puis l’Army Prusy pour s’approcher de la capitale. Au passage, elle doit prendre Lodz et Radom, et menacer les ponts sur la Vistule en direction de Lublin. Attention toutefois à un retour offensif des Polonais à travers la Bzura, avec des unités en retraite des army Pomorskie et Poznan entre la Vistule et cette rivière ( comme historiquement ).

14 ARMEE. Sa mission est de progresser entre la Vistule et les Carpates, pour s’emparer de Krakow, de Rzeszow, et ensuite menacer Lwow et/ou Lublin. Elle doit commencer par prendre Katowice et franchir la Vistule, ce qui n’est pas aisé. D’autant qu’une division panzer, une légère et deux de montagne sont déployées pour des attaques à revers par la Slovaquie. Passé le premier tour, ces unités ne seront plus commandées, tant que le QG n’aura pas pu assez progressé. Comme le succès de leurs attaques est loin d’être garanti au premier tour, je préfère redéployer immédiatement la division de panzer et la légère vers l’axe d’attaque principal.

Image

ARMEE BERNOLAK. L’armée Slovaque est très faible, et son QG ne peut quitter le territoire Slovaque. Elle peut juste au départ engager et fixer quelques unités Polonaises au débouché de deux vallées des Carpates.

Ces quatre ARMEE constituent le groupe d’armée sud ( AGS ), qui recevra un pion d’activation supplémentaire. Il recevra aussi un troisième QG, Gienanth. Comme Falken au Nord, il faut choisir entre deux missions. Il permettra soit de commander les unités restées en arrière pour s’emparer de Katowice et Krakow, si les Polonais y ont laissé des garnisons, soit de commander des unités mobiles dans un mouvement large par la rive nord de la Vistule.

Pour le Polonais :

OG UNRUG. Ce faible groupement opérationnel est hélas destiné à être isolé, ce qui le rendra pratiquement immobile. Si l’occasion se présente au début, il peut tenter de renforcer Danzig.

OG NAREW. Il est plus étoffé et doit transférer plusieurs unités et son QG vers l’ouest pour aider à tenir la Narew entre Lomza et Varsovie.

ARMY MODLIN. Il est incompréhensible qu’une aussi faible armée ait été prévue pour défendre la capitale face à une menace provenant de Prusse Orientale. Mais il faut faire avec, et reculer rapidement derrière la Narew et la Vistule en attendant de l’aide.

ARMY POMORSKIE. Cette armée peut sacrifier une brigade de cavalerie et une division d’infanterie pour occuper les Allemands dans le corridor de Danzig, pendant que le reste file vers la Capitale le long de la Vistule. Une bonne garnison de Bydgoszcz peut aussi occuper l’Allemand plusieurs jours.

ARMY POZNAN. Elle est bien trop avancée. Je ne vois que deux solutions. Soit elle fuie vers Varsovie via la zone entre la Vistule et la Bzura, soit elle fait une attaque sacrificielle contre la 8 armee pour perturber l’Allemand. Je prends la première, en laissant une garnison à Poznan pour ne pas donner trop facilement cet objectif.

ARMY LODZ. Elle fait face à la meilleure armée Allemande. Elle ne va pas voler en éclats en un tour, mais survivra rarement à la mi partie. Elle doit reculer en utilisant le terrain, et en essayant d’empêcher les infiltrations de troupes mécanisées et motorisées. C’est plus facile à dire qu’à faire. Elle doit aussi défendre Czestochowa, pour ne pas donner cet objectif. En effet, les premiers tours, l’Allemand doit peiner à prendre son premier objectif, et à respecter son tempo opérationnel ( et perdre une activation au tour 2 voire au tour 3 ).

ARMY PRUSY. C’est l’armée de réserve. C’est celle qui a le plus options. Elle peut se diriger au nord vers Varsovie pour prendre la relève de l’army Lodz face à la 10 armee. Elle peut aussi se diriger à l’est vers les points de passage de la Vistule au niveau de Lublin et défendre Radom. Cependant, il est probable qu’elle soit la cible favorite des interdictions aériennes Allemandes, pour ralentir ses mouvements. Souvent, les évènements font que c’est un peu des deux. Des unités iront vers Lublin, où elles seront commandées comme des unités indépendantes par le QG Lublin lorsqu’il arrive en renfort, le reste et le QG iront défendre la capitale.

ARMY KRAKOW. Comme l’army Lodz, elle ne devait pas survivre. Mais elle doit ralentir la 14 armee, et ne doit pas donner sans combat Katowice et Krakow.

ARMY KARPATY. Elle prendra le relais de l’army Krakow, en intégrant ses survivants lors de du regroupement des deux armées au tour 7. Elle doit tenter de défendre Rzeszow, puis Lwow. A noter qu’elle ne reçoit son pion d’activation qu’au tour 3.

Au fil des tours, le Polonais reçoit des unités QG en renfort : army Lublin ( tour 4 ), OG Wyskow ( tour 7 ) et army Warszawa ( tour 10 ). Elles seront très utiles pour commander des unités en retraite provenant de plusieurs army, dont certaines auront perdu leur QG.

J’en ai terminé de tout ce que je voulais écrire sur ce jeu avant de commencer le compte rendu au tour par tour, qui commencera dans un prochain message.


HANS MULLER
Modifié en dernier par HANS MULLER le mar. 1 juin 2021 15:01, modifié 3 fois.
Stalingrad ? Une fois ça suffit !

Avatar du membre
Uphir
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 3203
Enregistré le : lun. 13 avr. 2015 22:15
Localisation : A l'ouest...

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#2 Message non lu par Uphir »

Merci pour cette très belle présentation qui met en appétit pour la suite. :clap:
"Je crois que pour tout homme, l’apothéose vient lorsqu’il s’est bien battu pour la bonne cause et gît, épuisé, sur le champ de bataille… victorieux !" - Vince Lombardi.

Avatar du membre
INOX
Grognard
Grognard
Messages : 475
Enregistré le : sam. 8 juil. 2017 13:23
Localisation : Nantes-Arcueil

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#3 Message non lu par INOX »

Uphir a écrit : mer. 19 mai 2021 20:52 Merci pour cette très belle présentation qui met en appétit pour la suite. :clap:
+1

Je ne connaissais pas, merci pour cette découverte.
Jphil

Avatar du membre
amulius
Grognard
Grognard
Messages : 1429
Enregistré le : dim. 22 mai 2016 09:08
Localisation : Dans un trou d'souris

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#4 Message non lu par amulius »

Uphir a écrit : mer. 19 mai 2021 20:52 Merci pour cette très belle présentation qui met en appétit pour la suite. :clap:
+ 1 aussi et pour le boulot de présentation

J'ai les 2 autres jeux qui utilisent le même système (Königsberg et Across the Narva) mais là, va falloir attendre un bail avant d'avoir un CR :mrgreen:
Sur table: OCS GBII/ Empire of the Sun/ Atlantic Chase/ Bayonets&Tomahawks/ The Lamps are going out

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10532
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#5 Message non lu par Drago »

Wouah, merci pour ce post très étayé, et bravo pour ton français parfait dont pourraient s'inspirer pas mal de posteurs de ce forum...
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

Avatar du membre
Tamerlan
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 7268
Enregistré le : jeu. 19 juil. 2012 15:52
Localisation : Boulogne

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#6 Message non lu par Tamerlan »

Drago a écrit : jeu. 20 mai 2021 01:16 Wouah, merci pour ce post très étayé, et bravo pour ton français parfait dont pourraient s'inspirer pas mal de posteurs de ce forum...
Hans parle de gros points au Scrabble pour les noms polonais, c’est un signe :-)
Pas le temps de jouer en semaine, trop de boulot, les parties avancent à leur petit rythme.

Quelques CR

Avatar du membre
HANS MULLER
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 17
Enregistré le : ven. 16 avr. 2021 00:00
Localisation : Toulouse

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#7 Message non lu par HANS MULLER »

par Drago » jeu. 20 mai 2021 02:16

Wouah, merci pour ce post très étayé, et bravo pour ton français parfait dont pourraient s'inspirer pas mal de posteurs de ce forum...
Le correcteur orthographique de mon "Word" te remercie pour ton aimable commentaire.


HANS MULLER, qui tape ses messages sous Word quand ils sont longs...
Stalingrad ? Une fois ça suffit !

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10532
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#8 Message non lu par Drago »

HANS MULLER a écrit : jeu. 20 mai 2021 10:58
par Drago » jeu. 20 mai 2021 02:16

Wouah, merci pour ce post très étayé, et bravo pour ton français parfait dont pourraient s'inspirer pas mal de posteurs de ce forum...
Le correcteur orthographique de mon "Word" te remercie pour ton aimable commentaire.


HANS MULLER, qui tape ses messages sous Word quand ils sont longs...
Certes, mais ceux qui postent des messages truffés de fautes d'orthographe et de grammaire ont le même, ils n'ont juste pas l'exigence et le respect basique de l'utiliser pour corriger leur post.
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

Avatar du membre
Biobytes
Grognard
Grognard
Messages : 896
Enregistré le : dim. 28 août 2011 18:07
Localisation : Normandie

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT

#9 Message non lu par Biobytes »

Bonsoir Hans,
Ce compte-rendu est clair, précis et fait bien ressortir les principales caractéristiques de ce jeu
On attend la suite avec impatience :)
A+
Biobytes
Sur la table en ce moment ou envies: Jours de Gloire (VV), Pacific War (VG), ASL (MMP+AH), Zitadelle (3W), Lee vs Grant (VG)

Avatar du membre
HANS MULLER
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 17
Enregistré le : ven. 16 avr. 2021 00:00
Localisation : Toulouse

CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND DEFIANT partie I

#10 Message non lu par HANS MULLER »

Bonjour à tous !


Pour le compte rendu proprement dit, je ne vais pas multiplier les images, car je suis en phase d’apprentissage concernant les photos de wargames. Pour les premiers tours, il y aura des images des positions finales à la fin du tour, mais aussi une image avec les pions d’activations dans l’ordre de leur tirage pour illustrer l’enchainement des activations au cours du tour. Je vais tâcher de décrire les évènements activation après activation.

Pour faciliter la compréhension de la situation, voici un rappel des positions initiales, au nord-est, au nord-ouest et au sud :
Image

Image

Image

Au passage, une image des tables et tableaux :
Image

TOUR 1 : 1er septembre 1939
0 VPH


Le tour commence par l’intervention de l’aviation. Il n’y a pas d’appui rapproché ( qui donnerait des bonus dans un combat terrestre ), car cette technique n’est pas encore au point en 1939.

Au nord, les bombardiers Allemands détruisent la fortification de Mlwa qui barre le chemin à la brigade blindée Kempf ( attaques sur des cibles adjacentes au unités amies ).

Au sud, une autre fortification, devant Katowice, subit le même sort, et un régiment est dispersé.

La courageuse aviation Polonaise intervient également. Elle tente d’attaquer des troupes approchant les faubourgs de Danzig. C’est un couteux échec ( 1 au dé ). Flak, chasse Allemande et désorganisation due à la dispersion des escadrilles la mettent hors-jeu pour plusieurs jours ( le pion sera à nouveau disponible trois tours après ).

C’est au tour des missions d’interdiction de la Luftwaffe. Au nord, elles visent les voies de retrait de l’army Pomorskie ( un pion ). Au sud, elles se concentrent sur l’army Prusy ( 2 pions ). Dans un rayon de 1 hex ( 2 au premier tour ) de la cible, les unités perdent des points des mouvement, et les mouvements stratégiques et par rail sont bloqués.

ARMY LODZ. Parfaitement informée des intentions Allemandes et au mépris des ordres, cette army recule vers de meilleures positions derrière la rivière Warta, tout en renforçant la garnison de Czestochowa.

ARMY POMORSKIE. Là aussi au mépris des ordres, elle entame son retrait derrière la Vistule. Cependant, une division d’infanterie et une brigade de cavalerie ont pour mission de retarder la progression de l’ennemi à travers le corridor de Danzig.

BERNOLAK ARMEE. A la grande fureur d’Adolf, les Slovaques sont les premiers à pénétrer en Pologne ( d’un seul hexagone cependant et sans combats ).

ARMY KRAKOW. A nouveau, les Polonais devancent l’attaque Allemande et réorganisent leurs défenses. Les unités exposées reculent et la garnison de Katowice est renforcée, alors que toute attaque directe sur cette ville est bloquée par des troupes de couverture. Décidément, le plan des Allemands est éventé et ils sont attendus de pied ferme. Leurs premiers assauts s’annoncent moins faciles que prévu. ( trois army de première ligne sur quatre sont activées avant la première armee Allemande ).

ARMY POZNAN. Et encore une army qui désobéit et entame la retraite. Il est vrai que celle-ci est la plus avancée, et en danger d’encerclement. Elle laisse malgré tout une faible division à Poznan, pour ne pas offrir la ville sans combat.

14 ARMEE. Enfin, fall weiss commence, par le sud. Mais les débuts sont difficiles ! Les attaques à revers par la Slovaquie sont suspendues au dernier moment. Seules deux divisions de montagne avancent au contact pour fixer des Polonais. Ordre est donné à la 2ième panzer et à la 4ième légère de rejoindre le gros des troupes sur la Vistule. Les unités Polonaises couvrant Katowice sont écrasées, mais le temps perdu ne permet pas d’effectuer le coup de main prévu le premier jour contre cette ville ( un objectif ).

8 ARMEE. Elle pénètre prudemment en territoire Polonais, Sa mission est de couvrir la gauche de la 10 armee, en engageant l’army Poznan. Le contact n’est pas obtenu, car l’ennemi a déjà commencé son retrait.

ARMY MODLIN. Avec cette dernière, toutes les army auront devancé l’attaque Allemande. Adolf, écumant de rage, ordonne de rechercher les traitres. Un rideau de troupes se met en place pour retarder une avance ennemie, avec les fortifications. Tout ce qui peut l’être est reculé vers la Narew et la Vistule pour bloquer le passage vers la capitale ( en particulier l’unité QG qu’il vaut mieux éviter de perdre ).

4 ARMEE. Guderian, lassé des retards, prend avec lui la 3ième panzer et la 2ième motorisée et fonce vers Danzig en contournant la forêt ( il faut essayer d’éviter un renforcement de Danzig avec au moins une zdc ). Mais il doit s’arrêter pour combattre une brigade de cavalerie, qui recule en ordre. En arrière, la division Polonaise bloquant la route est encerclée et attaquée en force. Malgré les pertes, elle résiste et tient sa position. L’aile droite entame la poursuite des Polonais vers Bydgoszcz. Des divisions de seconde ligne couvrent la frontière ( les trains blindés polonais peuvent s’infiltrer en Allemagne pour aller bloquer les sources de ravitaillement – la règle le précise ).

OPERATIONAL GROUPS. Le jet de dé permet d’en activer un. Le plus important est l’OG NAREW. Des unités vitales pour la défense de Varsovie, ainsi que l’unité QG, y sont dirigées au plus vite. C’est la sixième et dernière activation pour les Polonais. L’army Karpaty n’as pas encore de pion d’activation et ne peut pas bouger. Par contre l’army Prusy, celle de réserve, en a un, mais il n’est pas tiré pour ce premier tour. Elle est en pleine mobilisation, et désorganisée par les attaques aériennes en profondeur. L’OG Unrug, proche de Danzig n’a pas non plus réagit.

10 ARMEE. La plus puissante armee n’arrive à organiser que deux attaques le premier jour. La première en force, à droite, contre Czestochowa ( un objectif ) échoue lamentablement. La deuxième à gauche repousse seulement des unités Polonaises derrière la Warta. Personne n’est volontaire pour signer le rapport à Adolf.

3 ARMEE. Pour le premier jour, il s’agit d’élimer les trois forteresses frontalières. Contournées, elles bloqueraient les lignes de ravitaillement, alors que la 3 armee ne dispose pas d’assez de troupes pour les réduire ultérieurement tout en avançant. La luftwaffe a été au rendez-vous, détruisant la première. Les deux autres sont écrasée sans coup férir. Pour sa dernière activation, c’est au final le seul succès de la journée pour l’Allemand.

Le bilan de ce premier jour pour les Polonais est globalement satisfaisant. Toutes les armées au front ont anticipé l’attaque Allemande, soit en renforçant leurs défenses, soit en entamant la retraite, tandis que les pertes restent légères. Aucune grande agglomération n’est tombée. Il faut dire que les services de renseignement ont cassé le code enigma Allemand.

Côte Allemand, aucun but n’a été atteint. Le corridor de Danzig n’a pas été nettoyé. Parmi les villes à portée, Danzig, Czestochowa et Katowice, pas une seule n’est tombée. Si aucune n’est prise avant la fin du tour 2, l’Allemand perdra une activation. L’invasion commence mal.

Image de l’ordre des activations au tour 1 :
Image
Image de la situation à la fin du tour 1 dans la zone de la 3 armee :
Image
Image de la situation à la fin du tour 1 dans la zone de la 4 armee :
Image
Image de la situation à la fin du tour 1 au sud :
Image

TOUR 2 : 2 septembre 1939
0 VPH


ARMY POZNAN. Elle poursuit sa retraite en ordre vers Lodz.

14 ARMEE. Une première attaque sur Katowice échoue. La ville est fortement tenue. C’est fâcheux, car l’Allemand doit prendre un objectif pendant ce tour, ou perdre une activation. L’armee obtient quand même un beau succès en franchissant la Vistule, et en détruisant au passage deux divisions Polonaises.

4 ARMEE. La Luftwaffe a écrasé la division qui résistait sur la route. Cela permet d’entamer l’avance vers la Vistule pour rattraper l’army Pomorskie. La fortification défendant l’approche de Bydgoszcz est détruite. Pour sa part, Guderian regroupe les divisions mobiles pour anéantir la brigade de cavalerie. La communication avec Königsberg est ainsi ouverte ( donc pas de soucis de ravitaillement à redouter au nord ). En même temps, la 3ième panzer détruit un train blindé et se positionne afin de bloquer tout renforts pour Danzig et isoler l’OG Unrug. Pour autant, aucune attaque de Danzig n’a pu être organisée.

ARMY LODZ. Elle se contente d’ajuster ses défenses en profondeur, afin de limiter les infiltrations des unités mobiles Allemandes.

ARMY MODLIN. Le Polonais ne dispose que de trois activations pour ce tour. Pour la dernière, il aurait préféré l’army Krakow, dont l’unité QG est exposée. L’army Modlin n’a pas d’autre choix que d’achever son retrait et la préparation des défenses de Varsovie. Elle n’oublie pas d’envoyer un train blindé à Plock, sans protection, au cas où.

3 ARMEE. Avec le retrait des Polonais, le terrain est dégagé devant cette armee. C’est l’heure de choisir son axe de progression ( voir mon premier message ). Ce sera la direction de Plock, pour deux raisons. Comme l’army Poznan recule rapidement, il faut la stopper puis l’isoler, ainsi que l’army Pomorskie. D’autre part, Plock est un objectif, et il faut en prendre un à ce tour. Tandis qu’à l’ouest de l’infanterie fixe des éléments de l’army Pomorskie, la brigade blindée Kempf fonce sur Plock. Mais son attaque échoue face à un train blindé. Le Schleswig-Holstein commence à bombarder Danzig, mais là aussi sans résultats.

8 ARMEE. Elle continue la poursuite de l’army Poznan sans obtenir de contact.

BERNOLAK ARMEE. C’est la 10 armee qu’il aurait fallu activer pour avoir une chance de prendre un objectif. C’est donc la cinquième et dernière activation pour l’Allemand à ce tour sur six possibles. Les Slovaques restent passifs.

Le bilan Allemand de ce deuxième jour est faible. Les Polonais reculent sans entraves, tandis qu’aucun objectif n’a été conquis : Danzig, Plock, Bydgoszcz, Czestochowa et Katowice tiennent toujours. Si aucune de ces villes ne tombe au prochain tour, l’Allemand perdra encore une activation, tombant ainsi à quatre. La seule bonne nouvelle à présenter à Adolf est le nettoyage du corridor de Danzig.

Côté Polonais, la situation reste bonne, malgré la paralysie du haut commandement ( seulement 3 activations ). Les seuls soucis sont, au nord, l’OG Unrug, qui n’a pu renforcer Danzig et n’est plus ravitaillé, ainsi que, au sud, la Vistule franchie près de Katowice. L’army Krakow n’as pas été activée, et son unité QG est ainsi exposée.

Image de l’ordre des activations au tour 2 :
Image
Image de la situation à la fin du tour 2 au nord :
Image
Image de la situation à la fin du tour 2 au sud :
Image

TOUR 3 : 3 septembre 1939
0 VPH


ARMY MODLIN. Le Polonais, qui ne dispose que de 4 activations pour ce tour, aurait préféré tirer une autre Army. Celle-ci n’a pas grand-chose à faire, hormis d’envoyer une brigade de cavalerie protéger un pont sur la Vistule entre Plock et Varsovie.

4 ARMEE. Enfin, un assaut est organisé pour s’emparer de Danzig, avec la 10ième panzer, la 20ième motorisée et l’appui du Schleswig-Holstein. La ville tombe et l’Allemand empoche son premier VPH. Ainsi, il ne sera pas pénalisé par la perte d’une activation pour ce tour. Mais il doit prendre un autre objectif pour ne pas avoir encore ce problème au tour prochain. Cette urgence encourage l’Allemand à lancer une attaque sur Bydgoszcz, qui s’avère un échec. De son côté, Guderian et ses troupes ont foncé sur la Vistule, la franchissant de vive force à Grudziadz et faisant ainsi le lien avec la 3 armee.

REPLACMENTS. Cette action, qui ne compte pas comme une activation, est la bienvenue pour le Polonais. Deux divisions battues de l’army Krakow sont réorganisées et placées avec l’unité QG, pour la protéger.

3 ARMEE. L’attaque sur Plock reprend, mais cette fois avec un soutien d’infanterie. Le train blindé défendant la ville, alors qu’il a survécu à des attaques aériennes, réussit encore à se replier derrière la Vistule. Son commandant doit être particulièrement astucieux. Pour l’Allemand, le but est atteint, avec la prise de Plock, et le gain de son deuxième VPH.

ARMY PRUSY. Ce n’est que le troisième jour qu’elle débute ses mouvements. Mais les attaques continuelles de la Luftwaffe la ralentissent.

10 ARMEE. Après une journée d’inaction, elle reprend ses opérations. Le renseignement Polonais rapporte que Von Reicheneau a été limogé par Adolf, et que son remplacement a causé des retards. Les panzers s’infiltrent au centre de l’army Lodz et repoussent les Polonais. L’attaque sur Czestochowa reprend et cette fois c’est une réussite, alors qu’une division ennemie est encerclée à proximité. L’Allemand y gagne son troisième VPH et un répit concernant les objectifs jusqu’au tour 6.

8 ARMEE. Comme les objectifs ne sont plus un sujet pour l’instant, elle laisse quelques divisions de seconde ligne pour isoler Poznan. Une nouvelle armée Allemande sera activée plus tard pour commander ces troupes et s’emparer de la ville. Pour le reste, la 8 armee continue de rechercher le contact avec les Polonais en retraite.

ARMY KARPATY. Une nouvelle activation inutile pour le Polonais, alors que c’est l’army Krakow, tenant le front, qui aurait besoin d’être activée. L’army Karpaty commence à se mettre en place en prévision de l’avancée Allemande.

ARMY LODZ. Pour la dernière activation du tour, elle recule à nouveau, mais encore en ordre. Cependant, cela élargit la brèche dans le front entre cette army et l’army Krakow.

14 ARMEE. Pour la cinquième et dernière activation Allemande, il restait aussi la Bernolak armee, qui n’a rien à faire, et s’y tient ! Maintenant que les objectifs ne sont plus une urgence, la 14 armee laisse l’encerclement et le siège de Katowice à des unités de deuxième ligne, qui seront prises en charge par une armee activée dans deux tours. Cela lui permet de se concentrer sur le reste de l’army Krakow, qui bloque le passage entre la Vistule et les Carpates. C’est un grand succès, car les unités ennemies sont détruites, y compris l’unité QG. Il ne reste qu’une brigade mécanisée, qui bloque une vallée, et un train blindé, qui défend Krakow.

Après deux jours d’inquiétude, les sourires reviennent parmi le haut commandement Allemand. La propagande nazie a de quoi faire les gros titres. Trois objectifs ont été capturés aujourd’hui. Même si elle est lente, l’avance de la 10 armee a repris. Au sud, la route est dégagée pour la 14 armee.

Pour le Polonais, c’est le goulash à la grimace. L’army Lodz continue de reculer en ordre et Varsovie n’est pas encore menacée. Pour le reste, les army Pomorskie et Poznan n’ont pas poursuivi leur retraite. Surtout, l’army Krakow est anéantie et des objectifs sont tombés.

Image de l’ordre des activations au tour 3 :
Image
Image de la situation à la fin du tour 3 au nord :
Image
Image de la situation à la fin du tour 3 au sud :
Image

TOUR 4 : 4 septembre 1939
3 VPH


3 ARMEE. Un gruppe de Stukas plus expérimenté met fin aux exploits du train blindé de Plock. Une division d’infanterie en profite pour établir une tête de pont sur l’autre rive de la Vistule. Elle menace l’axe de retraite des Polonais. La brigade blindée Kempf et une autre division d’infanterie tentent de s’emparer du prochain pont sur la Vistule, mais sont repoussées par une brigade de cavalerie le défendant.

14 ARMEE. Ses unités mécanisées foncent plein est, en prenant Krakow au passage, où un train blindé a été détruit par la Luftwaffe ( quatrième VPH ). La 10ième brigade polonaise est laissée aux bons soins de l’infanterie. Une division d’infanterie de renfort est dirigée vers le siège de Katowice. L’assaut y sera lancé quand la garnison aura épuisé ses ressources ( isolée en terme de jeu ).

ARMY PRUSY. L’état-major Polonais se remet de la surprise et de la désorganisation initiale, avec six activations ce jour. L’army Prusy progresse, mais toujours lentement sous les attaques aériennes.

ARMY LODZ. Elle continue de reculer pas à pas. Sa droite est maintenant ancrée à la ville de Lodz, mais sa gauche est vulnérable, n’ayant pas encore fait la jonction avec des unités de l’army Pruzy.

ARMY POZNAN. Sa retraite se poursuit. Des éléments avancés arrivent sur la Bzura.

ARMY KARPATY. Elle se prépare comme elle peut pour affronter la ruée des panzers.

BERNOLAK ARMEE. Elle tient fièrement ses positions, et fait griller des saucisses.

ARMY LUBLIN. Elle est destinée à défendre la zone de la ville du même nom. Mais la situation exige son transfert entre Plock et Lodz, pour maintenir ouvert le corridor entre Vistule et Bzura. C’est la voie de retraite vitale pour les army Pomorskie et Poznan. Pour ce faire, elle reçoit une brigade blindée pour bloquer la tête de pont Allemande de Plock. En termes de jeu, l’unité QG est indépendante, et a donc la possibilité de commander seulement cinq unités, mais n’importe quelles. Cette capacité est appréciable pour activer des éléments disparates, indépendants ou provenant de diverses army.

8 ARMEE. Sa poursuite des Polonais en retraite continue.

ARMY POMORSKIE. Après deux jours de tergiversations du haut commandement ( pas d’activations aux tours 2 et 3 ), elle se retrouve fixée dans la boucle de la Vistule près de Bydgoszcz, tandis qu’une de ses divisions est encerclée plus à l’est. Malgré les six pions tirés à ce tour, l’action de remplacement n’est pas sortie. C’est dommage, car elle aurait été bien utile.

10 ARMEE. Son avance se poursuit, mais à un rythme inférieur aux prévisions, alors que plusieurs divisions d’infanterie sont à la traine après avoir liquidé une division ennemie encerclée. En conséquence, ses troupes mécanisées se regroupent à droite pour se préparer à tourner le flanc ennemi.

Le bilan Allemand des quatre premiers jours d’offensive est mitigé. En termes d’objectifs, sur un minimum de dix nécessaires à la victoire, quatre sont pris ( Danzig, Plock, Czestochowa, Krakow ). Trois autres sont encerclés ou en passe de l’être, et devraient tomber à terme ( Bydgoszcz, Poznan, Katowice ). Enfin, trois sont en vue ( Lodz, Radom, Rzeszow ). Mais, en dehors du sud, face à la 14 armee, la résistance Polonaise ne faiblit pas malgré les reculs. Comme des aléas sont toujours possibles, et que Varsovie n’est pas encore menacée, la victoire n’est pas encore acquise.

Du côté Polonais, le constat est similaire, le spectre de la défaite est encore à distance. Pour le positif, les pertes sont encore tenables. L’army Lodz recule mais tient bon. L’army Poznan est proche de rejoindre le gros des troupes. L’army Prusy a commencé son déploiement. Même si la capitale n’est pas immédiatement en danger et que ses approches par le nord sont tenues, il faudra y constituer rapidement une garnison. Pour le négatif, au sud, l’army Krakow est détruite et l’army Karpaty ne pourra que gagner du temps, en sacrifiant du terrain et/ou des unités. Au nord, l’army Pomorskie est maintenant fixée par l’ennemi et son encerclement se dessine.

Image de l’ordre des activations au tour 4 :
Image
Image de la situation à la fin du tour 4 au nord :
Image
Image de la situation à la fin du tour 4 au sud :
Image

Un prochain message livrera la suite et la fin de ce compte rendu.


HANS MULLER
Stalingrad ? Une fois ça suffit !

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »