Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Avatar du membre
amulius
Grognard
Grognard
Messages : 1437
Enregistré le : dim. 22 mai 2016 09:08
Localisation : Dans un trou d'souris

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#61 Message non lu par amulius »

Drago a écrit : sam. 15 mai 2021 23:31
rems a écrit : sam. 15 mai 2021 18:17
Norman a écrit : sam. 15 mai 2021 13:51 La campagne mérite tout de même que l'on s'intéresse à la période. Elle n'est pas forcément très longue pour des wargamers chevronnés (10 h max, une routine s'installe vite au fil des tours), d'autres peuvent trouver cela laborieux.
10 h max ? :hein:

La campagne peut s'étendre sur 5 années, cela fait donc 2 h par année. Pour chaque année, il y aura 3 Logistic Rounds, mettons 5 min pour chacun de ces rounds. Il reste maintenant 105 min pour l'ensemble des 9 Action Rounds, soit environ 12 min par round. Tu réussis à faire un AR complet en 12 min, combats compris ? :gratte:

Si oui, Amulius et moi on est très très très admiratifs. :mrgreen:
:Rire3: :Rire3: :Rire3:
J'en étais sûr :fou1:
Sur table: OCS GBII/ France 40

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2150
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#62 Message non lu par rems »

amulius a écrit : sam. 15 mai 2021 23:55
Drago a écrit : sam. 15 mai 2021 23:31
rems a écrit : sam. 15 mai 2021 18:17 10 h max ? :hein:

La campagne peut s'étendre sur 5 années, cela fait donc 2 h par année. Pour chaque année, il y aura 3 Logistic Rounds, mettons 5 min pour chacun de ces rounds. Il reste maintenant 105 min pour l'ensemble des 9 Action Rounds, soit environ 12 min par round. Tu réussis à faire un AR complet en 12 min, combats compris ? :gratte:

Si oui, Amulius et moi on est très très très admiratifs. :mrgreen:
:Rire3: :Rire3: :Rire3:
J'en étais sûr :fou1:
Oui, c'est assez téléphoné. :mrgreen:

Avatar du membre
amulius
Grognard
Grognard
Messages : 1437
Enregistré le : dim. 22 mai 2016 09:08
Localisation : Dans un trou d'souris

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#63 Message non lu par amulius »

Pour revenir au jeu et après seulement 2 parties (d'une année chacune), je n'ai que 3 petites réserves:
- je trouve les débarquements un peu trop faciles à réaliser (sauf Louisbourg, tu débarques à côté puis tu y vas à pied).
- la pénalité d'OOS me semble bien légère.
- j'ai remarqué que plus le temps passe, plus les forces des 2 camps ont tendance à s'agglutiner en grosses piles bien dodues. Mais bon, c'est peut être une erreur.

A part ça, très bonne impression de départ; il y a beaucoup de choix possibles sur le plan stratégique.

Le peu de remplacement français fait quand même un peu peur.

Comme GA_thrawn, j'aurais aimé plus de cartes mais je comprends les raisons pour lesquelles il n'y en a pas plus.
Sur table: OCS GBII/ France 40

Norman
Grognard
Grognard
Messages : 469
Enregistré le : mar. 28 oct. 2014 23:15
Localisation : 35

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#64 Message non lu par Norman »

amulius a écrit : dim. 16 mai 2021 00:08 Pour revenir au jeu et après seulement 2 parties (d'une année chacune), je n'ai que 3 petites réserves:
- je trouve les débarquements un peu trop faciles à réaliser (sauf Louisbourg, tu débarques à côté puis tu y vas à pied).

Oui, c'est un point déjà évoqué, par GA Thrawn il me semble, et par moi-même post 23. J'en reparlerai à la fin du CR

- la pénalité d'OOS me semble bien légère.
Avec la règle optionnelle, je trouve que ça va.

- j'ai remarqué que plus le temps passe, plus les forces des 2 camps ont tendance à s'agglutiner en grosses piles bien dodues. Mais bon, c'est peut être une erreur.
Historique sur la campagne : la "petite guerre" laisse la place à la guerre à l'européenne. Sur les scénarios des 1ères années, les stacks ne doivent pas être bien gros

A part ça, très bonne impression de départ; il y a beaucoup de choix possibles sur le plan stratégique.
Je trouve aussi
Le peu de remplacement français fait quand même un peu peur.
Historique

Comme GA_thrawn, j'aurais aimé plus de cartes mais je comprends les raisons pour lesquelles il n'y en a pas plus.
Idem. Ou bien des pions d'événements ("embuscade", "attaque surprise", "tempête" ou que sais-je encore); je trouve qu'il y a pas mal de pions "Raided" en trop J'en ai utilisé 9 au max dans un tour, il y en a plus d'une trentaine sur la planche. Mais le jeu tourne bien comme cela et est peut être plus fluide ainsi.

Norman
Grognard
Grognard
Messages : 469
Enregistré le : mar. 28 oct. 2014 23:15
Localisation : 35

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#65 Message non lu par Norman »

1759 : il faut tenir encore un an.

C'est la première fois dans la partie que je réussis à appliquer la règle suivante : lors de chaque hiver, on peut récupérer un tiers des troupes éliminées d'un même type. Le Français récupère d'un coup deux unités de réguliers et une artillerie qu'il s'empresse d'envoyer à Québec. L'Anglais récupère légers et réguliers. L'année 1758 a été la plus sanglante de la guerre.
Qu'en sera-t-il cette année ?

Premiers rounds : le jeu du chat et de la souris continue pour prendre le contrôle du Pays d'en haut. Les deux puissances, obnubilées par la vallée du Saint-Laurent, avaient quelque peu délaissé cette zone. Or, son contrôle peut rapporter gros en fin de campagne.

Les renforts arrivent d'Europe. On sent que les deux puissances arrivent au bout de leurs efforts.
Image
Mais qui voilà pour les Français ? Un personnage plus qu'attendu par beaucoup.


Ca commence très mal ! Les deux tribus d'Indiens sur lesquels on comptait pour défendre la vallée de l'Ohio ont signé une trêve avec l'Anglais. Ceux-ci ont désormais les mains libres dans la région. Notre seule défense sera le temps qu'ils mettront à se répandre sur l'ensemble du territoire. Une guerre se gagne parfois sans coups de fusil, avec les jambes...

Nos Iroquois courent vite (le Français gagnant la plupart des initiatives est favorisé à ce jeu). Ils se jettent sur les Cherokees et parviennent à les repousser loin de leurs bases, les coupant de leur supply. Les Anglais, admiratifs de la valeur de nos fiers guerriers, décident de leur offrir de belles couvertures. Touchés par tant de générosité, ces derniers acceptent... Et hop, losses box pour deux pions d'Iroquois.

Les 5 premiers rounds ont donc vu la petite guerre se dérouler dans la vallée de l'Ohio. Une unité de Highlanders et des légers y sont envoyés en soutien des Cherokees. Leur but : s'emparer du pays d'en Haut (en bas sur la carte :) ).
Une unité de légers britanniques est aussi partie soumettre définitivement l'Acadie en s'emparant du dernier établissement français.

Et entre ces deux régions, on en revient à la guerre à l'européenne avec un changement de stratégie.
Une première armée, sous les ordres de Howe, a débarqué pour menacer Québec et y fixer un maximum de troupes françaises. La force de cette armée : une artillerie pléthorique. Sa faiblesse : ben, ils ont les chocottes rien qu'à l'idée de remettre les pieds à Québec.
Deux autres armées, respectivement sous les ordres de Bradstreet et Forbes, montent au front, laissant planer le doute sur leurs intentions, puis se jettent simultanément sur fort Frontenac. Leur force : le nombre. Leur faiblesse : une seule artillerie pour ces deux armées.

Le Français, lui, est comme un assiégé sur son rempart, condamné à courir de gauche à droite là où la situation est la plus grave. Ses forces : ses troupes légères, dures à tuer, réactives. On pourrait aussi citer, avec un soupçon d'ironie, un territoire qui se réduit comme peau de chagrin et donc plus facile à défendre. Ses faiblesses : tout le reste.

Vue d'ensemble après les mouvements du 6ème round.
Image

Les Français de Montréal ont volé au secours du fort Frontenac. Leur seul espoir : détruire les canons anglais.
Image

La bataille est un sanglant échec.
Image

Seule la moitié des canons adverses a pu être détruite. En revanche, hormis nos troupes légères, entre combats et déroute, nous perdons l'ensemble de notre petite armée. (Premier petit problème de matériel : lorsqu'une armée déroute, le fort qu'elle défendait est capturé par l'ennemi. Pas détruit, capturé. Or, en cette fin de campagne, l'Anglais a déjà construit tant de forts qu'il n'y a plus de « pions- forts » anglais disponibles). Que faire ? Considérer que le fort est détruit ou bien le capturer en détruisant un autre fort sur la carte devenu inutile. Je choisis cette dernière option. Ce n'est pas ça qui va changer la guerre de toute façon.
Tout semble perdu pour le Français.

L'Anglais, grâce à la sauvagerie des Highlanders, s'empare de Détroit.
Image
Les Cherokees échappent à nos Indiens en s'enfuyant.

Restent 3 rounds pour en conclure définitivement.





Round 7
Cartes
Image
L'Anglais gagne l'initiative. Bradstreet et Forbes marchent sur Montréal. Howe attend de voir la réaction française pour savoir s'il doit marcher sur Québec. Les Highlanders de Détroit, par une marche rapide se précipitent sur Les Illinois.

Que va faire le Français ?
Il est pris entre l'enclume (Howe) et le marteau (Bradstreet et Forbes)
La carte tirée lui dicte son choix. Québec devra compter principalement sur la force de ses constructions défensives et enverra une brigade, une artillerie et l'ensemble de ses légers combattre à Montréal sous les ordres de Pouchot. Il faut briser le marteau ennemi maintenant.

Howe, voyant les défenses de la ville s'affaiblir, marche sur Québec affronter Montcalm.

Suivons Pouchot pour le moment :
Image
Le soldat britannique n'est, une fois de plus, guère brillant. L'intervention de Bradstreet n'y change pas grand chose, notamment à partir du moment où celui-ci se retrouve avec une balle entre les deux yeux. L'Anglais atteint toutefois 8 sur la piste de bataille grâce à l'intervention des coloniaux.

Pouchot en revanche est un dieu ! L'incarnation sur terre de Mars. Ses légers sont incroyables, son artillerie vient à bout des canons adverses, et inspirés par son exemple, les miliciens de Montréal permettent aux Français d'atteindre l'égalité sur la piste de bataille. L'Anglais recule !

Marc Rodrigue nous a vendu des dés maraboutés pour le Français ! Gloire à lui !

A Québec, Howe se prend lui aussi une balle d'entrée de jeu. Pas sûr que l'habit rouge soit une bonne idée en fait...
Image
Mais la flotte britannique se déchaîne, suivie de l'artillerie. (8 sur la piste de bataille).
Montcalm s'avance. Il dispose de 8 dés. Il faut que chacun touche. Une certaine appréhension se lit sur son visage. Un peu désabusé, il se demande peut être ce qu'il est venu faire dans cette galère...
Reverra-t-il son château de Saint-Véran ?
Ses réguliers ouvrent le feu, impeccables. Les Canadiens trop fébriles, manquent leur première salve. Montcalm remet de l'ordre dans leurs rangs. Leur seconde salve fait vaciller l'ennemi.
Cependant, la flotte française, face à l'armada ennemie, refuse le combat et se dit qu'elle serait peut être mieux dans d'autres eaux...Dommage pour elle, elle est dans un cul-de-sac...
Avec le refus de combattre de la flotte, la bataille ne saurait être gagnée. Notre artillerie détruit une unité de canons adverse, nos miliciens s'en tirent honorablement mais soudain, inexplicablement, le moral flanche. (Nous finissons à 5 sur la piste de bataille).
Serait-ce la découverte de la lâcheté de notre flotte qui serait à l'origine d'une telle déconvenue ? La lassitude de voir revenir, année après année, l'habit rouge sous nos remparts ? Nul ne sait.
Toujours est-il que nos troupes fuient le champ de bataille pour se réfugier derrière nos fortifications à peine endommagées, abandonnant ainsi nos précieux canons. La bataille n'est pas terminée (et ne le sera pas tant que nous aurons notre forteresse), mais nous avons perdu le premier round.

A titre presque anecdotique :
Image

Les Highlanders sont repoussés par la milice des Illinois.
Image
Les Cherokees se vengent sur les Sénécas.

La fin du round se conclue de manière plus qu'inquiétante : Montcalm ne parvient pas à rétablir le moral des troupes qui entameront donc le prochain combat avec une pénalité de 1 sur la piste de bataille.

Suite et fin ce soir.

Norman
Grognard
Grognard
Messages : 469
Enregistré le : mar. 28 oct. 2014 23:15
Localisation : 35

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#66 Message non lu par Norman »

1759. Avant-dernier round

cartes
Image
Les Indiens commencent à trouver la montée en puissance anglaise inquiétante. Delawares et Iroquois se remobilisent contre l'envahisseur. Ils vont permettre de récupérer l'avant-poste de Niagara et de mettre OOS tous les Anglais du Pays d'en Haut à la fin du tour.

Après quelques calculs savants, le Français renforce Québec au détriment de Montréal.

Highlanders et Cherokees veulent en finir avec les Illinois mais se cassent à nouveau les dents face à une milice héroïque.

Tout se joue là.
Image
Pouchot fait crânement face à Forbes à Montréal.
Beaucoup de coups de fusils mais aucune perte de part et d'autre. Les Français, se sentant impuissants à arrêter la marée rouge, craquent au moral et déroutent.


A Québec, Howe lance l'assaut à la tête de ses troupes et échappe à deux salves. Serait-ce un signe si on n'est même plus capable de tuer l'officier adverse ?
Image
Le tir des réguliers anglais nous fait un maximum de dommages. Leur flotte coule nos derniers bateaux et leur artillerie se déchaîne sur nous. (11 sur la piste de bataille).
Le Français disposant de 17 unités, tout est encore possible. Large. Vu qu'on commence à -1 sur la piste de bataille, il suffit de faire 13 drapeaux et on n'en parle plus.

Les légers commencent : ils sont 7 et font deux drapeaux. Comment dire ?
Portée par le vent, une odeur de conifère se répand sur le champ de bataille...
Bien dirigés par Montcalm, nos troupes régulières et nos Canadiens se montrent à leur avantage. Notre flotte, en plein naufrage, sait aussi mourir dignement. Enfin, nos canons font pleuvoir l'enfer sur les réguliers ennemis. (9 sur la piste de bataille, dont 3 drapeaux avec les 3 pions miliciens). Beau combat, mais insuffisant.
Les Français se réfugient dans ce qui leur reste de fortification. Il y aura un dernier baroud d'honneur.

Ni Pouchot ni Montcalm n'arrivent à rallier leurs troupes. Le moral chancelle.

Round 9 et dernier.
Image

Les cartes
Image
L'heure n'est plus au commerce, aux raids ou au transport de marchandises. On s'écharpe et c'est tout.

Pardon pour la qualité de la photo. L'émotion là encore.
Image
«- C'est la fin. Pouchot rejoint Montcalm dans Québec tandis que l'enclume et le marteau se rejoignent.. Le Français n'a plus aucune troupe régulière, plus aucun bateau, plus aucune unité d'artillerie. Son moral est dans les bas-de-chausses. Mais il résiste. Le drapeau à la fleur de lys flotte encore crânement sur...
- Bla bla bla, jette les dés qu'on en finisse !
- D'accord, d'accord... Et bien, Messieurs les Anglais, tirez les premiers».

Leurs légers nous asticotent, leurs réguliers nous étrillent, leurs vaisseaux de guerre pulvérisent ce qui reste de nos fortifications, et si leurs canons font plus de bruit que de mal, c'est juste parce qu'il n'y a quasiment plus rien à détruire. (13 sur la piste de bataille).

-"Nous ripostons, monsieur !"
Pan ! (7 sur la piste de bataille)


Image

Il fallait 3 PV à l'Anglais pour remporter la campagne. Il finit avec 10. Le retour de balancier après 1758 a été particulièrement violent.
Notre beau château de cartes en Nouvelle-France s'écroule.
Il est désormais temps pour nous de rembarquer sur le premier vaisseau venu et de quitter la Belle Province.
Image
« - Dites-moi, mon cher Montcalm, où se trouve donc Saint-Véran exactement ?
- Oh, vous savez, ce n'est qu'une toute petite paroisse, perchée au sommet des montagnes.
- Ah, je vois. Rien de plus que quelques arpents de neige, en somme".

Avatar du membre
Scaramouche
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 324
Enregistré le : jeu. 13 janv. 2011 15:30
Localisation : Rennes

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#67 Message non lu par Scaramouche »

Un compte-rendu mémorable... à encadrer !
Bravo et merci !

Avatar du membre
morand
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 143
Enregistré le : mer. 4 juin 2014 09:54
Localisation : Livron (26)

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#68 Message non lu par morand »

:clap: :clap: :clap:

Avatar du membre
Uphir
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 3242
Enregistré le : lun. 13 avr. 2015 22:15
Localisation : A l'ouest...

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#69 Message non lu par Uphir »

Les français auront bien résisté mais n'auront pas changé l'histoire !
"Je crois que pour tout homme, l’apothéose vient lorsqu’il s’est bien battu pour la bonne cause et gît, épuisé, sur le champ de bataille… victorieux !" - Vince Lombardi.

Avatar du membre
GA_thrawn
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 258
Enregistré le : mer. 8 oct. 2008 10:21

Re: Bayonets & Tomahawks : 1755 - 1759 (ou moins...)

#70 Message non lu par GA_thrawn »

Merci pour excellent compte rendu qui est l’un des meilleurs que j’ai lui dernièrement. Je pense à te lire que le jeu est aussi bon pour ça quand on joue côté français, on sait qu’on va perdre face à la puissance anglaise mais on résiste, on croise les doigts et on compte sur un improbable miracle jusqu’au bout! Ah si seulement le français avait reçu un peu plus de renforts...

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »